Archives de catégorie : Compte rendus

COMPTE RENDU DE LA RÉUNION AU MINISTÈRE DE L’EDUCATION NATIONALE LE 30/09/2016

IMAGE LOGO 2014 NOUVEAU BLOG

COMPTE RENDU DE NOTRE RÉUNION SUR LA REFONTE DU CAP PE

PARIS Le 30 SEPTEMBRE 2016

Nous voilà à la finalisation du projet de la refonte du CAP PE,

Le CAMAM avait répondu présent  le 17 juin 2015, pour être auditionné et pour présenter sa plaquette projet  de diplôme.

Et réitère ce 30 septembre 2016, pour que les Assistants Maternels soient entendus et pris en compte, pour l’élaboration de cette refonte.

D’autres, tels que Représentants des syndicats d’employeurs et de salariés, Fédérations de professions de la petite enfance, Fédérations d’EAJE, Institutionnels et Syndicats interprofessionnels avaient été également convié à ces auditions.

Ce vendredi 30 septembre Le CAMAM déplore l’absence des syndicats interprofessionnels Assistants Maternels, et la FEPEM,  conviés à cette dernière réunion .

RÉNOVATION DU CAP PETITE ENFANCE

Rappel du contexte de la rénovation

les enjeux : 1991   Le diplôme s’adresse à la collectivité

2005 Révision du diplôme en direction des assmats (formation initiale) suite à une augmentation des candidats  (tant et si bien qu’il est noté un flou dans les corrections)

CONSTATS:

Malgré ce diplôme il existe une mauvaise intégration des diplômés dans les métiers de la PE

Le contenu de la formation n’est pas satisfaisant

La VAE est décrédibilisée

Le diplôme reste un diplôme isolé, pas de passerelles vers d’autres qualifications.

 OBJECTIFS:

Renforcer le contenu éducatif

Mise en place de passerelles

Adapter le diplôme et ses modalités d’acquisition à un public  essentiellement adulte

Développer l’employabilité pour les titulaires du CAP PE pour l’accueil des enfants de 0 à 6 ans

Faire du CAP PE , la 1 er brique des Métiers de la PE

3 CONTEXTES D’INTERVENTION

– École maternelle et ACM

– EAJE

– Domicile

Des activités … 

– Communes quel que soit le contexte d’intervention

– Spécifiques en fonction du contexte d’accueil

Principes pour la mise en œuvre du référentiel 

Le CAP PE serait organisé comme suit:

  • Blocs de compétences

– Un bloc : compétences communes

– Deux blocs : compétences spécifiques

  • Alternance centre de formation / milieu professionnel

Questions du CAMAM:

*Comment sera organisée la formation initiale?

La formation initiale sera organisée avec le bloc des compétences communes et le bloc des compétences spécifique pour l’accueil à domicile.

*Sera elle plus longue , que les 120h actuelles?

Si  les blocs de compétences nécessitent plus d’heures de formation, il va de soi que la formation sera adaptée en fonction.

*Serait il possible d’obtenir « l’obligation de réussite », à la formation initiale?

Non, pas à l’étude.

*Serait il possible , pour les Assistants Maternels, qui font l’effort de passer le CAP PE , que l’agrément soit renouvelé tous les 10 ans?

Question pertinente , à débattre auprès du Ministère concerné.

En Résumé, pour obtenir le CAP PE, il faudra valider tous les blocs de compétences.

Les blocs pourront être validés séparément.

CONCLUSION:

Le CAMAM  remercie les Ministères de La Santé et de l’Education Nationale, de lui avoir fait confiance, d’avoir pris en compte ses positionnements, d’avoir ,par son intermédiaire, entendu les Professionnels de terrain.

La volonté du CAMAM étant un diplôme spécifique pour la reconnaissance et la valorisation des Assistants Maternels, par cette prise en compte, par ce travail , le CAMAM ressent cette  refonte positive.

Les Ministères , la 20e CPC et les groupes de travail, qui œuvrent pour cette refonte, se félicitent d’être dans les temps , pour une application à la rentrée 2017.

Nous attendrons le Référentiel, ( qui devait être validé mi décembre) et s’il corrobore à nos desiderata, la démarche du CAMAM deviendra

« l’obligation de réussite à la formation initiale« .

PARIS 2015 JUIN (2)

L’équipe du CAMAM

-Non libre de droit-

COMPTE RENDU DE LA JOURNÉE DU 30 AVRIL 2016 A VEDENE

JOURNÉE PROFESSIONNELLE DU CAMAM LE 30 AVRIL 2016 A VEDENEIMAGE LOGO 2014 NOUVEAU BLOG

Présents;

Municipalité de Vedène: Mr Joël Guin, Maire, et Mme Durieu, responsable à la Petite Enfance

FEPEM: Mme  Pradier, Présidente région PACA et M Lebrun, Vice- Président région PACA

RAM :Mme Comptour , Mme Vernette, Mme Vallat et Mme Saelens Pascale, Absente excusée Mme Ouziel

CAMAM: Mme Lorrette, Mme Lorenzi, Mme Lecinena, Mme Wolff, Mme Allegret, Mme Camara, Mme Leny, Mme Prévot, Mme Labat, Mme Kersken, sont excusés tous les autres porte paroles, qui par l’éloignement n’ont pu nous rejoindre.

Mm Suzon Bosse Platière, Psychopédagogue et conférencière

Mm Françoise Näser écrivaine.

M. et Mm Gilles Diss « l’Enchanteur du monde des enfants » et parrain de cette journée

PHOTOS 30 AVRIL 2016 CAMAM VEDENE (34)Nous étions 94 participants

A 9h30 le public a été accueilli autour d’un café/gâteaux que les assistantes maternelles de Vedène ont gentiment préparé pour cette occasion et nous les en remercions.

Ce petit moment a permis de faire connaissance, car pour certains, nous nous connaissions seulement virtuellement par le lien des réseaux sociaux.

Les « officiels » nous ont rejoints  autour de ce café, pour échanger également.

8Vers 10h15, Véronique Lorrette ouvre la journée. Elle présente les invités et les remercie pour leur déplacement.

 

 

 

Suivie de Marie France Comptour, expliquant les raisons de leur implication à travers les  RAM, et leur plaisir de participer à cette journée.PHOTOS 30 AVRIL 2016 CAMAM VEDENE (37)

inauguration_ram_26-09_55_Copier_-452ae

 

 

 

 

 

Mr le Maire prend la parole et explique son soutien profond vis à vis du CAMAM et de sa démarche.PHOTOS 30 AVRIL 2016 CAMAM VEDENE (38)

 

 

index

 

 

 

 

10h30 La FEPEM intervient en démontrant la position du Particulier Employeur……PHOTOS 30 AVRIL 2016 CAMAM VEDENE (39)

Discours_Pdte-PACA_CAMAM_VD

 

fepem 2016

 

 

 

 

 

11h00 Présentation du CAMAM

PRÉSENTATION DU CAMAM AVRIL 2016

PHOTOS 30 AVRIL 2016 CAMAM VEDENE (41)Véronique Lorrette et Marie Noëlle Lorenzi reprendront toute la chronologie du CAMAM depuis sa création,  sa démarche, ses actions , ses rencontres, ses projets, ses craintes, tout cela agrémenté d’un diaporama.PHOTOS 30 AVRIL 2016 CAMAM VEDENE (46)

Le thème de notre journée « L’invisibilité du métier d’assistante , fait il ombre à sa reconnaissance ? » sera abordé en fin de présentation,.

Françoise Näser , prend la parole, et nous fait part de son texte « c’est une grande souffrance… » sortie de sa chronique Etat d’âme de 2014.PHOTOS 30 AVRIL 2016 CAMAM VEDENE (29)

 

 

 

 

Il s’en suivra un échange. Un public très réactif permettra des discussions qui resteront  constructives avec prise de conscience sur notre métier.

12h00

La pose récréative , conviviale et pleine de bonne humeur sera menée par notre parrain Gille Diss.PHOTOS 30 AVRIL 2016 CAMAM VEDENE (14)

40 minutes de chansons entraînantes, tant et si bien que tout le monde a participé à cette récréation festive, même les officiels présents.

 

12h45

La pause repas fut bienvenue. Sur place pour la plupart d’entre nous qui avaient apporté un pique-nique ou bien en retirant un repas préparé sur le lieu de la manifestation auprès du « fooftruck ». Un instant convivial et communicatif pour tous.

Ce  moment a permis aussi  à notre charmante Françoise NäserPHOTOS 30 AVRIL 2016 CAMAM VEDENE (35)de faire ses dédicaces,

une vraie

 

 

 

 

et à Gilles Diss de nous présenter ses cds et livres.

14h00

La seconde partie de la journée débute par  la conférence de Suzon Bosse Platière sur notre thèmePHOTOS 30 AVRIL 2016 CAMAM VEDENE (2)

« L’invisibilité du métier d’assistante maternelle, fait il ombre à sa reconnaissance? »

Cette conférence, n’a pas laissé indemne. Elle a  bousculé , gêné voire dérangé.

Car les constatations de la Conférencière, n’allaient pas dans le sens idyllique, de la pratique du métier, de la qualité de la professionnalisation, de la position sociale des professionnelles, de l’avenir de ce métier.

Malgré l’heure de la digestion, le public présent , attentionné et très réactif a permis des questionnements, des échanges qui n’ont peut être pas, tous eu les réponses attendues, mais qui ont laissé matière à réflexion.

Parce que ces réponses concrètes ne peuvent être données que par les instances compétentes.

Les questions personnelles ne peuvent pas, faire une généralité. D’autant que dans notre métier beaucoup de disparités existent.

Pour que vous puissiez avoir votre libre arbitre, vous trouverez a la fin de ce compte rendu sur le lien lire la suite la conférence complète de Mm Suzon Bosse Platière:

Attention; pour les informations divulguées par des tiers sur cette conférence , il ne faut pas  confondre, conférence et déclaration d’intention voire obligation de position!

Notre métier est à un tournant de son histoire , à nous professionnels de le diriger, de le prendre en main, si nous voulons être reconnus et ne pas subir.

17h30.

Après les remerciements nécessaires adressés à tous les acteurs qui,  de près ou de loin, ont participé à la réussite de cette manifestation, car sans eux rien n’aurait pu être possible, la journée prend fin pour certains et pour d’autres,  elle se poursuivra par une soirée karaoké/restaurant fort sympathique et dynamique grâce aux boute-en-train, des « nounous » joyeuses, qui ont animé ces instants.  Elle se terminera vers 1h30.

Le CAMAM a atteint ses objectifs : ouvrir la porte du dialogue, de l’écoute et du partage. Il en est fier et il progressera avec d’autant plus d’optimisme pour :

>La reconnaissance et la valorisation de ce métier,

>par respect des enfants accueillis

>pour être des professionnelles de la Petite Enfance à part entière.

> et évoluer sur un même pied d’égalité de pratiques des compétences par rapport à tous les Modes de Garde de la Petite Enfance.

Si toutefois le CAMAM ne réussissait pas à faire entendre les besoins de milliers de personnes…. voire de millions si nous considérons la globalité du secteur concerné ( ass mat, PE, enfants confiés) qui représente près de 1 350 000 familles…., il aura au moins eu le mérite de déclencher une prise de conscience. C’est ensemble que nous pourrons faire fléchir les intérêts en notre faveur.

Pour que vous puissiez avoir votre libre arbitre, vous trouverez sur ce lien la conférence complète de Mm Suzon Bosse Platière:  Continuer la lecture

Une porte parole « timide » qui n’hésite pas à rencontrer un Sénateur…

Compte rendu de ma rencontre avec

Monsieur le Sénateur Mouiller Philippe

du vendredi 20 novembre 2015

• Membre de la commission des affaires sociales
• Membre de la délégation sénatoriale aux collectivités territoriales et à la décentralisation
• Membre de la mission d’évaluation et de contrôle de la sécurité sociale
• Membre du groupe Les Républicains
• Maire de la Commune de Moncoutant

20151120_093107
Une rencontre très enrichissante et Monsieur le Sénateur m’a reçu dans son bureau avec son
adjointe Adèle.

Il avait déjà pris des renseignements sur le CAMAM et il nous soutient dans notre démarche pour la  valorisation de notre métier.

Il est persuadé que les 120 heures de formations ne sont pas assez approfondies pour pouvoir
travailler.
Il aimerait que le métier perdure car les parents sont toujours en recherche et que dans les petites communes il y en a peu.

Il voudrait que nous, assistantes maternelles, nous ayons un salaire plus élevé, au vue toutes nos fonctions.
Il accorde beaucoup d’importance à notre cause mais pour le moment il ne peut rien faire vu son point de vue (parti politique)
Il a bien conscience qu’il y a trop d’abus des P.M.I : trop d’exigences et des différences entre les
départements
Il m’a conseillé de prendre un rendez-vous avec un élu de l’agglo2b Mme Yolande Séchet qui est
maire de Neuvy bouin 79130 et présidente de la petite enfance du secteur des relais des assistantes maternelles.
Oui, il pense que pôle-Emploi redirige trop vers notre métier et que ces futures assistantes maternelles n’ont pas vocation pour le métier.
Il soutient le C.A.M.A.M.
Emmanuelle Guillet
Porte parole du Nord 79

Nous tenons à féliciter notre porte -parole qui a osé démarcher cette personnalité politique , pour faire connaitre le CAMAM et sa démarche.

-Non libre de droit-

COMPTE RENDU DE NOTRE RÉUNION AU GROUPE DE TRAVAIL DE LA C.P.C ET D.G.C.S

IMAGE LOGO 2014 NOUVEAU BLOG

Vedène le 18/06/2015

Ministère de l’Éducation Nationale de l’Enseignement supérieur

et de la recherche et D.G.C.S

(Direction Générale de la Cohésion Sociale)

PARIS 2015 JUIN (2)
Compte rendu de la séance du groupe de travail organisée par la 20 eme C.P.C (Commission Professionnelle Consultative) Du 17 JUIN 2015.

Présents:

Responsable de la 20e CPC : Madame Sylvie Maquin
Responsable D.G.C.S : Monsieur Clément Beck
Chargée de Mission D.G.C.S: Madame Arielle Poizat
Inspectrice d’Académie Créteil : Madame Isabelle Remery
Inspectrice d’Académie Versailles: Madame Laurence Lechat
E.J.E Représentant C.F.D.T: Monsieur Philippe Scarfogliero
Représentante de l’UFNAFAAM: Madame Sandra Onyszko
Représentante de L’ANAMAAF.SUPNAFAAM:Madame Véronique Gousseau
Représentante de L’ANAMAAF . SUPNAFAAM: Madame Dominique Brulet
Présidente du CAMAM: Madame Véronique Lorrette
Vice Présidente du CAMAM: Madame Marie Noëlle Lorenzi
Administratrice du CAMAM: Madame Anelyse Lecinéna

Début de séance 11h15

Cette réunion de travail avait pour but de faire un état des lieux des besoins des métiers de la Petite Enfance pour la refonte du CAP PE.

FONCTIONNEMENT DU GROUPE DE TRAVAIL .

Il s’effectuera en 3 étapes:
1er ETAPE: Analyse des besoins pour chaque métier de la PE, dans le CAP PE

2eme ETAPE: Référentiel des activités professionnelles.

3eme ETAPE: Référentiel du Diplôme

Le CAMAM a été convoqué pour la 1ere étape:

L’analyse des besoins du terrain . Groupe de réflexions en phase exploratoire pour identifier les activités de chaque métier de la PE.
Il n’y aura pas d’autre audition, pour les étapes 2 et 3.

DÉROULEMENT.

Nous avons échangé, sur la professionnalisation des Assmats.
Nos interventions, nos remarques concernant les besoins fondamentaux pour un diplôme, qui tiennent compte également des spécificités et du contexte de notre métier, ont été entendus, écoutés et approuvés, par les divers intervenants et organisateurs de ce groupe de travail.

Pour suivre notre démarche, nous avons proposé, expliqué et justifié, en quoi l’obtention du diplôme avant exercice était essentielle.
Bien que convaincus de notre démarche, les responsables organisateurs, regrettent que ce ne soit pas dans leurs compétences, ni dans leurs pouvoirs de décision.

Suite au plan de travail proposé par la 20e CPC et DGCS, nous avons fournis un rapport complet aux responsables,   vous pouvez le consulter dans   » lire la suite … » en bas de ce compte rendu.

Madame Marie Noëlle Lorenzi à transmis aux responsables de ce groupe de travail, une copie de son « projet d’accueil », pour support de travail sur ce sujet.

Le CAMAM à transmis par email aux responsables de la 20e CPC Mme Sylvie Maquin et La Chargée de Mission de la DGCS Madame Arielle Poizat la plaquette du diplôme qu’il à créé.

Ce document servira également de support de travail sur la refonte du CAP PE.

A ce titre, Le CAMAM est fier d’avoir pu honorer ses objectifs de départ à savoir:
* Porter au plus haut sa démarche
* Être reçu , entendu et écouté par les Ministères
* Transmettre la plaquette de son diplôme
* Et participer à la valorisation et la reconnaissance du métier d’Assistante Maternelle.

Fin de séance: 12h40

CONCLUSION:

Cette table ronde , à été constructive, par son écoute et par son Unité de réflexions, sur le sujet de l’intérêt de la professionnalisation et la formation diplômante des Assistantes Maternelles.
Nous espérons, en voir le résultat, dans cette refonte prévue à l’horizon 2017.

Pour le CAMAM
paris 1Véronique Lorrette, MarieNoëlle Lorenzi et Anelyse Lecinéna                           – Non libre de droit –
Continuer la lecture

Compte rendu de notre porte parole Isabelle du 34

Notre porte parole Isabelle du 34,

a rencontré son CG, ci-dessous son compte rendu.cg34

Merci pour cette démarche.

 

Isabelle Prévot

ENTRETIEN AU CONSEIL GÉNÉRAL DE L’HERAULT
POUR LA PRÉSENTATION DU CAMAM
Collectif pour l’Avenir de notre Métier Assistant Maternel

Le 21 avril 2015 – 14H30

COMPTE-RENDU

J’ai été reçue à Montpellier, dans les locaux de la P.M.I. par Madame Teisserenq Maguelone.
Il s’agit de la personne en charge de la validation ou du refus des demandes d’agrément d’Assistantes Maternelles.
L’objectif était de présenter le CAMAM 34.

L’accueil qui m’a été fait a été chaleureux et l’entretien a été très agréable.

Mon interlocutrice comprend et rejoint assez largement la démarche du CAMAM, considérant que :

• Le CAP Petite Enfance n’est pas le diplôme adapté pour les Assistantes Maternelles.
• La formation de 120 heures des Assistantes Maternelles n’est pas non plus totalement adaptée… certainement trop légère, avec des lacunes et des manques sérieux au niveau des modules.
• Que ce « diplôme » ne correspond plus à la réalité de notre Profession.
• Un diplôme bien spécifique devrait être créé par les législateurs, afin que notre métier de soit plus banalisé, mais que les Assistantes Maternelles soient reconnues comme des professionnelles de la Petite Enfance.

Cependant, Madame Teisserenq Maguelone a souligné les points suivants :

• Son rôle se limite à appliquer les directives législatives. Elle n’a aucun pouvoir pour changer la formation actuellement mise en place pour les Assistantes Maternelles.
• Elle ne peut pas non plus actuellement limiter les AGRÉMENTS.

Madame Teisserenq Maguelone fera faire remonter notre entretien dans sa hiérarchie, et nous resterons en contact .
ACCEPTANT DE TRAVAILLER EN PARTENARIAT AVEC LE CAMAM, nous pourrions dans un
avenir proche intervenir directement au sein de la PMI.

En conclusion, je suis très contente des échanges que nous avons eu (contrat, M.A.M., ANPE, Relais, notre isolement, formation, diplôme, vocation, agrément, etc…).

Il nous faut continuer à faire connaître le CAMAM, car l’entretien de ce jour me conforte dans l’idée que nous allons arriver à faire bouger les législateurs.
La mise en place d’une Formation bien spécifique, d’un diplôme obligatoire, devraient être reconnus comme une nécessité avant d’exercer…..

afin que toutes ASSISTANTES MATERNELLES fassent CE MÉTIER PAR VOCATION !

Isabelle PREVOT
Porte-parole du CAMAM 34

Conseil Général de l’Hérault 100, rue d’Alco
34087 Montpellier cedex 4

– Non libre de droit-

 

 

 

COMPTE RENDU DU COLLOQUE DE CALUIRE 69 DU 21/03/2015

 

521RENCONTRE NATIONALE DES ASSISTANT(E)S MATERNEL(LE)S

le 21 mars 2015

Organisée par AAMADEL sa présidente Soraya Souilah

(Association des Assistantes Maternelles Agréées de LYON

 Le thème: 

« La volonté politique peut-elle suffire à professionnaliser les Assistantes Maternelles et permettre une reconnaissance du métier dont le savoir est souvent discret et invisible »

INTERVENANTS:

Philippe Cochet le député maire de Caluire, commune du la métropole de Lyon.

Dominique Nachury, député de la 4ème circonscription du Rhône, conseillère municipale de Lyon et ancienne présidente de la CDAJE du Rhône

Suzon Bosse-Platière, Psychopédagogue, formatrice spécialisée petite enfance, auteure et co-auteure de différents ouvrages

Sandrine Bruas psychologue de travail, ancienne assistante maternelle ayant réalisé son mémoire de fin d’étude en Psychologie du Travail sur le thème  » La Professionnalisation des Assistants Maternels »

Lydie Poncet, Créatrice du petit d’homme en 2001, accompagnatrice des porteurs de projet pour le M.A.M. et Micro Crèches

Le CAMAM représenter par Véronique Lorrette, Marie Noêlle Lorenzi, et Armele Woolf de la commission de travail et Coralie Camara porte parole du 84 et Sébastien Meunier porte parole du 69.

 La professionnalisation est un thème très à la mode » dans le monde du travail et nous aimerions comprendre ce qui se cache derrière cet engouement. La question de la formation est souvent centrale dans les dispositifs de professionnalisation hors seul l’agrément octroyé par le conseil général autorise de travailler comme assistante maternelle et non le diplôme.

Aujourd’hui, encore aucune filière professionnelle n’existe pour l’emploi d’assistante maternelle.

La volonté politique peut elle suffire à la professionnalisation des assistantes maternelles et permettre une reconnaissance du métier ? Quels impacts peuvent avoir la mise en œuvre des savoirs faire discrets et invisibles sur le processus de professionnalisation.

Comment faire reconnaitre ce métier qui s’exerce à l’abri des regards dans un huis clos du domicile du salarié avec des prescriptions tacites et des savoirs faire discrets qui demeurent assez mal connues et reconnues …

C’est devant une assemblée de 70 personnes, représentants de RAM du 69, 21, assistants maternels du 69, 84, 34,42, porte paroles du CAMAM du 69 et 84 que cette rencontre à débutée avec

Mr Philippe Cochet ;

qui nous félicite de notre présence, nous parle de la place donnée à la petite enfance sur sa commune et reconnaît la méconnaissance de notre métier et tient à préciser que cette rencontre participe à cette valorisation.SAMSUNG CAMERA PICTURES

 

Suivi de Dominique Nachury;

qui insiste sur les besoins des familles qui évoluent. Elle relève les singularités des assmats à travailler chez elles et c’est ce qui en fait une richesse qu’il est souhaitable de préserver. Il y a 13000 assmats sur le Rhône .Elle reconnaît l’appétit des familles pour le collectif. Il faut arriver à conserver un équilibre dit elle : « cela nécessite une évolution :

-aux besoins nouveaux des familles

-une organisation de notre profession au quotidien ( s’intégrer dans les structures, ram, associations). La profession doit accepter de passer des conditions à travailler isolée et à s’ouvrir vers les structures. Il faut savoir nous adapter encore mieux qu’au collectif aux besoins des familles en participant à des activités tout en ayant un accueil personnalisé.

Elle est interpellé sur les rythmes scolaires sur lesquels les assmats n’ont pas été consultées et des exemples précis d’incohérences lui sont donnés ( rythme des bébé incompatibles!). « Peu de consultation même au niveau national et trop de précipitation » selon elle et un gouvernement qui s’est déchargé sur les communes. Pour elle, il est difficile de juger car toutes les communes fonctionnent différemment. Elle regrette que nous n’ayons pas de représentativité et que cela est du à une non organisation de notre métier et regrette cette disparité de notre organisation (même s’il y a des syndicats, il n’y a pas de regroupement).

Elle est interpellée sur le fait que lors des réunions municipales d’information aux familles sur les modes de garde, on parle très peu des assmats. « Effectivement, il y a une méconnaissance du métier et précise qu’il faut réfléchir à travailler sur cette méconnaissance ». Elle précise qu’elle fera remonter cette information auprès du gouvernement.

 

SAMSUNG CAMERA PICTURESSuzon Bosse-Platière ;

Nous présente son analyse sur notre métier, souligne effectivement qu’il faut absolument pour la pérennité de ce métier une reconnaissance professionnelle. Soucieuse de l’avenir de notre métier, Suzon Bosse-Platière œuvre pour notre défense et notre valorisation.

Ce métier à été construit sur une expérience de « mère au foyer », et par ce fait se trouve bancale par rapport aux statuts, partagé entre le professionnel et l’éducatif.

Plusieurs difficultés pour ce métier:

Confusion des espaces et temps

Confusion des rôles

Confusion du domaine privé et public

Ce métier est un métier de relation et d’éducation, ce qui entraîne des exigences professionnelles, de savoir être, savoir faire et de devoirs professionnels.

Cette analyse, démontre également, que les acquis professionnels doivent passer par une formation spécifique au métier , par l’expérience, la maturité de la personne.

LIRE L’ETUDE COMPLETE de SUZON BOSSE-PLATIERE   ICI. CALUIRE 21-03 15

REP

Après la pause déjeuner fort sympathique et conviviale, nous avons repris la séance avec;

Sandrine Bruas;

qui à évoqué le questionnement sur la valorisation et reconnaissance du métier.

« On peut se demander quel impact la mise en œuvre de savoir-faire discrets peut-elle avoir sur le processus de professionnalisation des assistants maternels ? En effet, nous pensons que le caractère invisible du métier d’assistant maternel, qui s’exerce dans le huis clos du domicile, à l’abri des regards, renforce la difficulté à le reconnaître comme une profession de la petite enfance, à part entière. Souvent l’idée reçue selon laquelle il s’agit d’un travail que « tout le monde peut faire », persiste dans l’inconscient collectif. Dans cette perspective, les leviers de la reconnaissance professionnelle seraient la visibilité du travail accompli. S’il ne s’agit pas d’un métier comme les autres, la professionnalisation passerait, donc, d’abord, par l’identification et la reconnaissance des spécificités et des enjeux de son exercice »

La finalité de ce questionnement, nous laisse entendre que la réelle professionnalisation et valorisation du métier , devront être de la volonté et du combat des professionnels eux même.

L’audience ,c’est poursuivie par la présentation du

CAMAM, à l’assemblée, son projet et sa démarche, par Véronique Lorrette suivi de l’intervention de Marie Noëlle Lorenzi

11071247_818870381531621_1624380329_oLe CAMAM est un regroupement d’assistants maternels (de 3500 membres à ce jour),

Le CAMAM, c’est aussi 52 départements représentés par nos porte-paroles bénévoles

Parce que depuis plusieurs années, trop d’assistantes maternelles arrivent sur le marché, sans réelle vocation, simplement encouragées, dans cette période de crise, par notre société.

De ce fait, en découle une trop grande offre, par rapport à la demande, ce qui entraine :

Une recrudescence d’inscription au pole emploi

Des baisses de tarif horaire

Un dénigrement, une banalisation, une « non reconnaissance » du métier

S’en découle également, la  « non prise en compte »  de la mesure réelle et sérieuse des responsabilités qu’entraine cette profession :

Lassitude dans le travail

Dommages collatéraux

Non professionnalisme

Notre but est une création d’un diplôme d’assistant maternel obligatoire aux apprentissages fondamentaux obligatoires avant exercice pour la nouvelle génération pour exercer. sans effet rétroactif pour les assmats en place

Nous pensons que le CAP Petite Enfance n’est pas réellement adapté à notre profession

Trop basé sur la structure collective et pas assez sur l’accueil à domicile

11068731_818897961528863_1649150007_oNous proposons :

La création d’un diplôme spécifique de niveau V aux nouveaux assistants maternels avant agrément, sans effet rétroactif obligatoire pour les assmats en exercice. A ces derniers seront proposés des remises à niveaux dans le cadre de la formation continue et l’obtention du diplôme par VAE si le candidat le souhaite.

Qui serait accessible par une formation adulte, pour une finalité diplômée, avec un mode de recrutement spécifique, avec modalités spéciales, et équivalences pour pouvoir accéder ensuite à d’autres métiers.

Ce diplôme ne peut être ouvert de manière différentié.

Il est nécessaire de prendre en compte, l’autonomie du candidat, l’autonomie matérielle, la situation familiale.

Ce diplôme ne peut être mis en place par l’éducation nationale, les candidats seraient trop jeunes, « un enfant ne peux pas s’occuper d’un enfant dans ce contexte là». C’est différent dans un contexte d’encadrement direct, comme dans un accueil collectif.

L’organigramme de ce futur diplôme  est simple avec,

Un tronc commun aux métiers de la PE, en suite des stages de découvertes dans différentes structures collectives, chez des assmats avec expérience, (afin de permettre le choix de l’activité d’accueil), avec la possibilité de passerelles entre les différentes filières (options), aux choix du candidat.

Ce système ne marginalise en aucun cas le métier d’assmat, mais, le met au même pied d’égalité de compétences que le CAP PE. (L’accueil familial au même niveau que l’accueil collectif avec leurs spécificités propres)

Pourquoi le vouloir obligatoire avant agrément ?

Pour que justement les candidats ne se trompent pas d’orientation professionnelle, (grâce aux stages de découvertes des métiers !)

Nous souhaitons des professionnels conscients de leurs choix et non pas en obligation de suivre des apprentissages qu’ils ne souhaitent pas, pour lesquels ils n’ont pas de vocation, et par la même seraient déçus et frustrés dans leurs projets professionnels. 

11071187_818871534864839_1812486220_oMarie-Noëlle  interpelle l’assemblée par des questions;

« La plupart d’entres nous ont lu Jean Epstein et connaissent l’extrait « Assistantes maternelles 100 métiers »…

Marie Noëlle questionne le public à les énoncer (comptable, psychologue, juriste, infirmière, cuisinière, maitresse d ‘école, conseillère conjugale, femme de ménage, lingère, éducatrice, diplomate etc….)et pose ensuite la question «  qui parmi vous a été suffisamment formé à tous ces métiers ? »

La réponse se trouve être négative, bien sur!

 » Ne pensez vous pas par exemple, que la formation à  » la gestion du stress » devrait être fait en aval de professer ? »

Le public acquiesce !

Elle remonte le fait déplorable que l’on ne parle de nous à travers les médias que lorsqu’il se passe un fait divers odieux par amateurisme.

« Qui parmi vous a été suffisamment informé au SBS (syndrome du bébé secoué), qui a été formé aux risques de violence chez les assmats ? »

là aussi la réponse se trouve être « peu » ou « négative »

« Ne pensez vous pas que ces faits déplorables que l’on entend ne peuvent être enrayés de part une information et formation approfondie? »

La violence a un historique qui est ancré dans notre culture précise t elle.

« Comment une assmat qui n’a pas réussit lUP1 peut elle savoir étudier un contrat, analyser une ordonnance ou une notice de médicament avec compréhension ? »

Ce ne sont que des exemples mais ils représentent bien l’insuffisance de la formation des assmats aujourd’hui et la nécessité d’une véritable formation diplômante, afin de pouvoir valider les compétences et non les subodorer par une formation obligatoire mais sans obligation de réussite et de simples visites de professionnels de la Petite Enfance.

Ainsi l’agrément ne serait effectif que pour le lieu d’accueil.

Beaucoup de retours positifs, d’acquiescements, à la présentation des doléances du CAMAM pour la valorisation de métier par la proposition d’une création de diplôme spécifique assmat . Il semblerai qu’une prise de conscience débute, dans le sens que « oui » effectivement, tout le monde ne peut pas faire ce métier, et qu’il est temps que les compétences pour ce métier soient avalisées en amont de l’agrément . Que le contrôle devra être maintenu mais dans un réel soucis , d’échanges, de soutiens et d’accompagnement. Des bulletins de membre soutien, ont été remplis et des remerciements ont été adressés au CAMAM.

Le débat c’est poursuivi par l’intervention de

Lydie Poncet;

« A partir de mon expérience acquise depuis la création en 2001 du petit d’homme, lieu d’accueil atypique et innovant qui se situe entre la crèche parentale et chez l’assistante maternelle. »

le débat c’est porté sur les MAM, il en ressort qu’un projet MAM doit être établi avec précision, étude de marché , projet éducatif, etc… avec les tenants et les aboutissants.

que beaucoup d’assmats essayent de créer des MAM , pour casser leur solitude, pour être reconnues auprès des PE, comme de réelles professionnelles de la Petite Enfance.

Ce mode d’accueil reste ambigu, le statut également est équivoque, dans le sens ou c’est un accueil collectif mais fait par des assmats. Cela aussi doit évoluer…

Cette journée se termine , sans vraiment l’avoir vu passer, à la satisfaction de tous, encore une fois que de belles rencontres.

-Non libre de droit-

COMPTE RENDU DE NOTRE ENTRETIEN AVEC LE MINISTERE

Compte-rendu du rendez-vous ministériel du CAMAM à Paris le 31 octobre 2014

SAMSUNG CAMERA PICTURES
    Ce vendredi 31 octobre, Véronique Lorrette, Armelle Wolff, Anelyse Lecinena, Catherine Baufreton, Marie-Noëlle Lorenzi, ont représenté le CAMAM auprès du Ministère des Affaires Sociales de la Santé et des Droits des Femmes.
            Elles ont été reçues par Madame Katy Bontinck,  au secrétariat d’État chargé de la Famille des personnes âgées et de l’autonomie, et ses collaboratrices, Madame Grosjean, et Madame Mazurier-Nolin chargées de mission,.
            L’entretien concernait le questionnement sur l’avenir de notre métier, suite au dernier courrier adressé au Ministère.
            En effet, notre Ministre, Madame Marisol Touraine, et sa Secrétaire d’État chargée de la Famille et des Personnes âgées, Madame Laurence Rossignol, souhaitent la valorisation professionnelle des assistants maternels, pour en « redorer le blason ».
            Dès notre arrivée, à l’heure convenue, nous avons été reçues dans une salle de réunion, pour un entretien de deux heures,  qui s’est avéré constructif, dans un climat de confiance, de respect et d’écoute.
            Les échanges ont été nombreux. Nous n’avons pas été interdites
Continuer la lecture