Rencontre avec Clémence, assistante maternelle dans les Landes

téléchargement (7)

 

SAM_2806Bonjour Clémence, peux tu te présenter ?

Je m’appelle Clémence Lie, j’ai 30 ans, avec mon mari et mes deux enfants nous habitons une petite commune dans les Landes réputée pour son foie gras et autres produits à base de canard : Castel-Sarrazin.

Mes enfants ont 5 ans et demi et 22 mois et je dispose d’une capacité d’accueil de 4 places à temps plein dont 2 enfants âgés de plus de 18 mois.

Comment et pourquoi es tu devenue assistante maternelle ?

Je suis devenue assistante maternelle lorsque mon fils avait un peu plus de 2 ans. J’avais eu recours à un licenciement à l’amiable durant ma grossesse et puisque je souhaitais rester avec mon fils tout en travaillant, je me suis tournée vers mes premiers amours, les enfants, puisque je voulais être puéricultrice lorsque j’étais plus jeune.

Penses tu qu’il est difficile de concilier vie privée et vie professionnelle ?SAM_2801 [Résolution de l'écran]

Il est vrai que j’exerce un métier grâce auquel je peux m’occuper de mes enfants mais il n’est pas toujours simple de tout conjuguer. Même si mes enfants sont le plus souvent ravis d’avoir des copains pour jouer, cela peut -être difficile de partager leur maman, et ils ne comprennent pas forcement que je ne sois pas immédiatement disponible. Et pour mon mari, qui est régulièrement à la maison lorsque je travaille, c’est parfois pesant d’avoir tout ce petit monde à la maison, c’est la raison pour laquelle, j’ai une salle de jeux ainsi je peux séparer vie professionnelle et vie privée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAComment organises tu ta journée ?

Matin et soir les parents et leurs enfants entrent et sortent par la salle de jeux. Le matin, nous emmenons mon fils à l’école avec la première petite arrivée âgée de 2 ans et demi et ma fille puis les autres enfants arrivent. Les lundis et mardis nous allons aux regroupements de la ludothèque mobile. Et pour les autres jours, le matin est consacré aux activités manuelles et/ou promenades à pieds. A l’issue de la matinée, c’est l’heure du repas puis de la sieste. Au réveil, un bon gouter s’impose ensuite, nous allons rechercher mon fils à l’école à pieds ou en voiture en fonction de la météo. Peu de temps après, les parents arrivent donc pour les enfants c’est un moment de jeu libre ou de lecture.

Comment aimerais tu voir l’avenir de ton métier ?

Je pense que c’est un métier enrichissant mais pas forcement reconnu à sa juste valeur. En effet, pour beaucoup,  nous sommes des personnes qui restent à la maison à “garder” des enfants. J’espère qu’un jour les mentalités changerons et je suis convaincu que pour cela, il faudrait en passer par un diplôme. J’ai moi-même passé le CAP Petite Enfance en candidat libre en juin dernier mais je ne trouve pas qu’il soit approprié à notre quotidien. Dans notre métier, nous devons être comptable, juriste, psychologue, infirmière… comme le dit très justement Jean EPSTEIN dans son livre Cents professions, et nous manquons considérablement de formation dans certains domaines.

De plus, il serai plus équitable pour les assistantes maternelles de la France entière d’avoir les mêmes “règles” donc un référentiel national serait une idée à mon avis.  Nous exerçons un métier isolé, je pense qu’il est profitable aussi bien pour les assistants maternels que pour les enfants de pouvoir se regrouper grace aux associations et ainsi de pouvoir échanger sur différents points de notre vie quotidienne qui n’est parfois pas simple.

As tu déjà rencontré des difficultés ?

Je parle au dessus de la psychologie que nous devons adopter au quotidien avec les enfants que nous accueillons, j’ai rencontré des difficultés comme beaucoup d’entre nous comme les problèmes de sommeil, de comportement, d’alimentation…

Mais également avec leurs parents…

Nous pensons que les assmats sont FORMIDABLES, peux tu nous dire en quoi tu es formidable ?

Je pense que je peux dire que je suis formidable car après 6 mois d’absence, j’ai revu un petit que j’ai accueilli pendant presque 2 ans de jour comme de nuit et il m’a tellement serré fort lorsque nous nous sommes embrassés que j’ai cru qu’il allait me déplacer une vertèbre !

Et ça c’est une formidable récompense !!

 Merci Clémence ! Vous pouvez aussi retrouver Clémence sur nounoumoon