QUESTIONS RÉPONSES

Pourquoi un diplôme spécifique ?

Parce que notre métier à besoin d’une reconnaissance professionnelle, d’une valorisation,  au même titre que les autres métiers de la PE. Nous voulons être reconnus comme des professionnels de la PE, et être sur un même pied d’égalité.

Pourquoi obligatoire avant exercice ?

Pour que les futurs candidats, aient conscience que c’est un métier à part entière, qu’il y a des études à faire et un diplôme à obtenir pour exercer. Ce métier n’est pas accessible à n’importe qui !

Pour que les candidats aient les apprentissages fondamentaux au métier, et ainsi avoir les compétences et les savoir pour appréhender ce métier avec plus de charisme, plus d’assurance donc plus de sérénité.

 Pour éviter les échecs d’orientation professionnelle, pour arrêter la banalisation

Pourquoi pas le CAP PE ?

Parce ce que le CAP PE est trop accès sur l’accueil en collectivité, et n’est pas adapté à notre mode d’accueil familial. A la base le CAP PE à été créé pour les ATSEM.

Que vont faire les assmats qui n’ont pas le diplôme ?

Soit les assmats verront « la loi grand père » appliquée, soit elles auront la possibilité de faire une VAE sur ce diplôme, qui leur correspondra totalement, il faut rappeller qu’une VAE est une Validation des Acquis,  ce qui n’est pas le cas avec une VAE sur le CAP PE !

Un assmat diplômé sera meilleur qu’un non diplômé ?

Non, il sera juste plus formé aux apprentissages fondamentaux au métier, et sera mieux armé pour pratiquer ce métier.

L’assmat diplômé pratiquera un tarif horaire plus élevé ?

Non, la liberté des tarifs, devront être toujours de rigueur, seul le bon sens des professionnels veillera à une différence ou pas. Dans la finalité ce sont les PE qui choisiront, donc au professionnel de rester cohérent et raisonnable !

Que devient l’agrément ?

Lorsque l’on à un diplôme, on l’a a vie ! L’agrément ne deviendra qu’une certification du lieu d’accueil, (avec des consignes réglementées, concrètes et appliquées nationalement, sans différences et disparités !)  et il déterminera la capacité d’accueil.

Si nous passons un diplôme, qu’est ce que cela va entraîner de positif par rapport au référentiel ?

Nous ne serons plus évalué(e)s par une puéricultrice ou ass sociale comme aujourd’hui puisque nous seront reconnu(e)s compétents par ce diplôme. Cela évitera les jugements abusifs, subjectifs, aléatoires, non fondés etc….Seul notre lieu d’accueil sera évalué. Par exemple vous êtes diplômé(e)s, la PMI évalue votre espace d’accueil (sécurité (ex : barrière en haut des escaliers et en bas), la superficie (ex : 1 enfant pour 5 m2) et décide en fonction de ces critères précis du nombre d’enfants pouvant être accueillis. Comme c’est le cas dans les structures (crèches, ram….)

Quelles conditions pour obtenir ce diplôme ?

Etre un adulte autonome matériellement et plus mâture affectivement.

Ce diplôme ne doit pas être préparé et enseigné uniquement par des professeurs de l’Education Nationale, mais aussi par des professionnels de la formation compétents pour les fonctions de ce métier. 

 Que penser de la refonte du CAP PE ?

Des prises en comptes essentielles doivent être appliquées :

-qu’il ne doit pas généraliste mais différencié entre les assistantes maternelles et les ATSEM ou agents des crèches, avec des modules communs et des modules différents selon les fonctions et les lieux d’exercice; que les diplômées puissent avoir des passerelles entre travailler chez soi et travailler en structures, mais à partir de VAE où votre expérience chez vous puisse être prise en compte pour passer d’autres diplômes (EJE, AP, par exemple) et tenir d’autres fonctions et responsabilités;

 – qu’il ne soit pas proposé à des jeunes sortant du lycée ou collège, mais seulement à des personnes autonomes matériellement et plus mâtures affectivement; 

 – qu’il ne soit pas préparé uniquement par des professeurs de l’Education Nationale, mais par des professionnels de la formation compétents pour votre fonction. 

 Que faisons-nous de la formation continue ?

A ce jour seulement 20% d’assmat suivent la formation continue, pour certain par manque de facilité à l’organiser, mais pour beaucoup par manque d’implication et de volonté. Un diplôme n’empêche en rien une formation continue, comme tout autre métier d’ailleurs.

« Non libre de droit »