Référentiel du CAP Accompagnant Éducatif Petite Enfance

Le voilà, tant attendu…

Le CAP Accompagnant éducatif petite enfance
remplace le CAP PE

Le CAMAM a participé à cette refonte.

Le CAMAM est fier du travail mené, par ses membres et porte-paroles, pour obtenir l’écoute, l’attention et la prise en compte de ses propositions auprès des différents ministères.

Enfin un diplôme qui intègre, dans un bloc de compétences, notre mode d’accueil à domicile.

Nous vous laissons le découvrir 😉
La démarche du CAMAM, continue, obtenir

« l’obligation de réussite de la formation initiale avant d’exercer »!

https://www.legifrance.gouv.fr/jo_pdf.do…

Joyeuses Pâques ….

Le Printemps est magique !
Il transforme les œufs en chocolat,
Les tempêtes en arc en ciel,
Les bourgeons en fleurs,
Les vers en papillons,
Et… les ronchons en gai-lurons !
Alors essayons de croire en notre reconnaissance et notre valorisation
Grace à votre soutien et appui, nous poursuivrons…

http://www.camam.fr/?page_id=263

Joyeuses Pâques !
L’équipe du CAMAM

Pourquoi ne faut-il pas asseoir les bébés ?

Pourquoi il ne faut pas asseoir les bébés

Sylvie Lavergne – 

Article paru dans la revue L’Assmat La revue d’informations professionnelles des assistantes maternelles et des assistantes familialesMai 2013 – N°118, pages 7-11.S’appuyant sur les travaux de la pédiatre hongroise Emmi Pikler.

L’association Pikler-Làczy prône la motricité libre. Sylvie Lavergne, psychomotricienne et formatrice au sein de cette structure, explique pourquoi il n’est pas opportun d’asseoir le bébé « de force », mais de le laisser s’asseoir tout seul, au gré de ses progrès psychomoteurs et des découvertes de ses capacités motrices.

C’est aux alentours de la période des 6-9 mois que, spontanément, l’adulte pose le tout-petit assis au sol pour jouer, généralement sur un tapis avec un environnement de coussins en bas du dos pour le soutenir, jambes allongées et écartées, avec des jouets devant lui. Si l’adulte environne le petit enfant de coussins, c’est peut-être qu’il n’est pas très sûr de son équilibre et qu’il lui crée une aire confortable de réception en cas de chute… vers l’arrière ? Lorsque l’on demande à l’adulte si le petit enfant se met assis tout seul, la réponse la plus fréquente est : « Oui, oui, il tient assis. » Si on insiste un peu dans le questionnement : « Comment ce petit enfant fait-il pour se mettre assis ? », la réponse est plus nuancée : « Ah non, c’est moi qui le mets assis. »

Il existe une représentation classique du petit enfant qui aime jouer assis pour voir le monde, d’où cette installation assise spontanée pour lui permettre de jouer dès lors qu’il se tient assis. Cela traduit une méconnaissance du développement psychomoteur libre du petit enfant construit étape après étape par lui-même, et dans lequel il est seul initiateur de ses mouvements et postures.

=> Lire la suite de l’article de Sylvie Lavergne (format pdf) sur le site de Michèle Forestier

On se remémore:

6 mois: motricité globale

Développement de la motricité globale

Grâce au développement de sa motricité globale, votre bébé acquiert le sens de l’équilibre, de la coordination et utilise ses grands muscles, ce qui lui permet de maîtriser certaines activités physiques. Au cours de la prochaine année, votre bébé développera sa motricité globale en acquérant différentes habiletés, comme s’asseoir, ramper, marcher, courir, grimper, sauter et tout ce que son corps lui permet de faire et qu’il aime généralement. Le développement de la motricité globale aide grandement au développement de la motricité fine.

À cet âge :

  • Il se retourne sur le ventre lorsqu’il est couché sur le dos, et sur le dos lorsqu’il est couché sur le ventre.

Rappelez-vous que les enfants ne se développent pas tous à la même vitesse dans tous les domaines. L’information sur ce site Web est conçue pour être générale. Si le développement de votre enfant vous préoccupe, le mieux est de consulter son médecin.

  • Il se tient assis seul en s’appuyant sur ses bras allongés devant lui et il peut même demeurer assis quelques instants sans appui.
  • Lorsqu’il est couché et que vous lui présentez vos mains, il les agrippe et essaie de se tirer pour s’asseoir.
  • Il contrôle complètement sa tête dans toutes les positions.
  • Il peut se tourner vers la gauche et vers la droite lorsqu’il est couché sur le ventre.
  • Il peut se lever sur les mains et les genoux (position 4 pattes) et commencer à se balancer.
  • Il veut avancer sur le ventre, mais il se pousse plutôt vers l’arrière avec ses mains.

Au cours des prochaines semaines, il commencera à :

  • Chercher à se protéger en allongeant les bras vers l’avant et sur les côtés.
  • S’asseoir seul.
  • Passer de la position assise à la position couchée sur le ventre.
  • Avancer en rampant sur le ventre.
À surveiller
Consultez le médecin de votre enfant si :

  • votre bébé ne tient pas bien sa tête lorsque vous le tenez dans vos bras ou assis;
  • votre bébé ne touche pas ses genoux ou ses pieds avec ses mains.

Comment l’aider à progresser?

Votre bébé a une personnalité unique et il se développe à son propre rythme. Mais vous pouvez contribuer à favoriser ce développement en mettant en pratique l’approche parentale Réconforter, jouer et enseigner.

Cette approche a été conçue pour s’intégrer facilement à votre routine quotidienne. Adapté à l’âge actuel de votre bébé, le tableau ci-dessous vous donne des exemples de petits gestes bénéfiques au développement de sa motricité globale.

Réconforter

Lorsque vous félicitez votre bébé chaque fois qu’il se retourne ou se lève sur les genoux, votre bébé se sent valorisé par votre réaction positive et tente de répéter le geste.
Lorsque vous vous étendez sur le dos en prenant la main de votre bébé, qui est lui aussi couché sur le dos à vos côtés, et l’encouragez doucement à se retourner en imitant votre mouvement, puis le félicitez de ses efforts, votre bébé se sent rassuré et a confiance en sa capacité de se retourner de lui-même.

Jouer

Lorsque vous assoyez votre bébé par terre et l’appuyez sur des oreillers, votre bébé voit son environnement d’un nouvel angle.
Lorsque vous maintenez votre bébé en position assise devant vous et lui chantez des comptines, comme Frère Jacques, votre bébé se sent plus à l’aise de s’asseoir vous sachant à ses côtés.

Enseigner

Lorsque vous couchez votre bébé par terre sur une couverture et l’encouragez à se retourner en plaçant son jouet préféré près de lui, votre bébé commence à comprendre qu’il peut bouger d’autres façons.
Lorsque vous jouez avec les orteils de chaque pied de votre bébé en chantant et en exagérant vos expressions faciales, votre bébé aime la sensation de se faire tripoter les orteils et attend avec impatience les chatouillis de la fin.

 

 

 sources// 

Références : L’Assmat, La revue d’informations professionnelles des assistantes maternelles et des assistantes familiales Mai 2013 – N°118, pages 7-11. Site : www.assmat.presse.fr/  osteopathie-france.net

 
Révision scientifique : Hélène Sabourin, chef professionnel en physiothérapie, et Christine Montminy, physiothérapeute, CHU Sainte-Justine
Rédaction : Équipe Naître et grandir

Notre Mary Poppins a fait, un petit tour en Alsace

téléchargement (7)

Nous retrouvons Peggy, 37 ans, à Steinbach (Alsace)stein2

1/ Comment et pourquoi être devenue assistant maternel ?

Enceinte de ma première fille j’avais déjà passé la réunion d’informations, j’ai attendu d’avoir accouché et finir les travaux de notre maison en cours de construction. N’ayant personne pour garder ma fille et ensuite sa sœur, j’ai été sollicité par une maman de l’école qui cherchait pour ses enfants et voilà

2/ Est il difficile de concilier sa vie privé et sa vie professionnelle ?

Oui et non, je dirais qu’il faut être organisé. Mais il est vrai qu’on est là sans être là pour nos enfants.

3/ Comment est organisé ta journée type ? peggy 1

Ma journée n’est pas bien compliquée, les enfants arrivent à 8h00 et 8h30, jeux libre, puis sieste pour le petit et brico pour la plus grande. Sorties ou Ram quand on en ressent l’envie.

4/ Penses tu que ce métier a de l’avenir, et pourquoi ?

Pour moi non, j’ai décidé de prendre un autre chemin en entamant une licence de psycho, maintenant que mes filles sont grandes je ressens le besoin de faire autre chose. Actuellement j’ai des PE super et les enfants aussi, mais le manque de reconnaissance de mon travail même si ce n’est pas flagrant me pèse quand même. Ce n’est pas mon premier métier j’ai une formation en comptabilité et j’ai quand même l’impression que c’est encore un sous métier pour certains et inutile d’essayer de leur expliquer le contraire… No comment

5/ Penses tu qu’il faille revoir la formation des assmats ? si oui, comment ?

Oui je pense vraiment que c’est une nécessité.

En proposant un diplôme ou n’importe qui ne pourrait pas avoir accès comme hélas c’est le cas aujourd’hui pour les agréments.

6/ Quelles difficultés rencontres tu ? ( pmi, relations parents, relations collègues…..)

Aucune avec la pmi très bon rapport. Parents idem, et collègues sans soucis aussi. Par contre le Ram qui filtre les demandes et donnent des informations erronées.

7/ Qu’est ce qui fait que ta façon d’accueillir te démarque des autres ?peggy 2

J’ai une grande maison et une pièce jeux pour les enfants, la maison est fonctionnelle pour notre famille mais aussi pour l’accueil des enfants. Je prépare tous les repas avec des produits frais. Je suis très ouverte mais ferme aussi pour ne pas me faire imposer des choses qui sont inadaptés aux enfants.

8/ Nous pensons que les assmats sont FORMIDABLES, en quoi l’es tu ?

Je suis formidable bien sûr, parce qu’en plus de mon travail avec les petits je gère tout le secrétariat et la comptabilité de l’entreprise de mon mari, j’ai ma propre entreprise de vente de produits ménagers et je suis tête de liste au conseil d’administration au collège de mes filles, planning bien rempli donc mais tout est question d’organisation !neige

Toute l’équipe du Camam, remercie Peggy, de nous avoir fait partager son expérience d’assistante maternelle

le CAMAM ne censure pas ,  transmet la parole, informe sans jugement!

-non libre de droits-

C’est dans l’actualité….. le froid…

le froid est bien là..

1

Jouer dehors, bon ou mauvais pour les infections?

La belle saison blanche est arrivée et les enfants sont tous habillés comme des oignons et s’amusent gaiement. Depuis toujours, on entend dire : « Habille-toi, tu vas attraper un rhume! » ou encore « Tu vas attraper froid! ».

Plusieurs parents vont même jusqu’à vous demander de ne pas sortir à l’extérieur pour éviter que l’enfant attrape une infection! C’est donc important, aujourd’hui, de faire le point sur la question.

2

L’air pur, un plus pour l’enfant!

Qu’on le veuille ou non, la qualité de l’air intérieur est souvent de moindre qualité que celui de l’extérieur. Nos maisons et bâtiments étant de plus en plus étanches, les produits chimiques provenant de plusieurs sources différentes s’y accumulent plus facilement. Il est donc important d’aller à l’extérieur afin de faire le plein d’air frais. L’air pur oxygène l’organisme qui en retire plusieurs bienfaits.

3

De l’espace pour jouer

À l’extérieur, les enfants ont plus d’espace pour bouger et, normalement, c’est moins bruyant qu’à l’intérieur, les sons n’étant pas confinés dans de petites pièces. C’est aussi l’occasion de sortir son fou et l’énergie accumulée et retenue. On peut courir et sauter, ce qu’on ne peut pas faire à l’intérieur. Donc, jouer dehors diminue le stress que ressent l’enfant, donc on agit positivement sur son système immunitaire et plus on bouge, moins on a de risque de devenir enveloppé…

4

La lumière, source de vitalité

À l’extérieur, le soleil produit beaucoup de lumière. La lumière affecte positivement notre humeur et notre chimie intérieure. Un enfant de meilleure humeur aura un système immunitaire plus fort.

5

Les germes sont tranquilles au froid

Du point de vue des microbes, l’enfant a moins de risque de contracter une infection dehors qu’à l’intérieur. Les germes des infections respiratoires survivent moins longtemps sur les surfaces à l’extérieur, sous zéro, qu’à l’intérieur, à la température de la pièce. Dehors, les enfants courent, ils sont dans un espace plus grand, il y a donc moins de contacts étroits qui favoriseraient la transmission des germes. Il y a moins de chances aussi que les gouttelettes d’éternuement stagnent dans l’air puisque celles-ci y sont toujours en mouvement.

6

Conditions à respecter :

Bien sûr, il faut que l’enfant soit habillé avec des vêtements secs et chauds en tout temps pour profiter des bienfaits d’une sortie à l’extérieur.

 

Qu’en est-il de l’adage : « Habille-toi, tu vas attraper froid! »? Eh bien, le corps d’une personne mal habillée qui a froid doit mettre ses énergies à se réchauffer plutôt qu’à combattre les germes. Il peut donc y avoir une diminution du potentiel de défense et le développement d’une infection.8

Est-ce qu’une sortie à l’extérieur aggravera un rhume? Non, elle permet même de déboucher le nez. Est-il possible que l’enfant ne soit pas assez en forme pour sortir à l’extérieur? Si c’était le cas, il ne devrait même pas être au service de garde!

En service de garde, vous êtes obligés de sortir à l’extérieur au quotidien, quand le temps le permet bien sûr. Plus il fait froid, moins longtemps est la sortie! Les seuls inconvénients à la sortie extérieure :

7Par temps très froid, les enfants asthmatiques risquent de débuter une crise.

Lors d’avertissement de smog ou de pollution atmosphérique, mieux vaut retarder une sortie.

Vous me demanderez: « Qu’en est-il de l’habillage? »,  eh bien après avoir pris conscience de tous les bienfaits de cette sortie, j’espère que vous êtes plus intéressés à vous sortir le bout du nez!

Chers parents et éducatrices, jouer à l’extérieur est bon pour l’enfant et bon pour vous. Il est difficile de motiver un enfant à jouer à l’extérieur si vous-mêmes vous n’avez pas le goût d’y aller! Changez d’attitude et vous verrez que les enfants s’habilleront beaucoup plus vite.

Si la sortie extérieure semble une corvée pour vous ou une punition, l’enfant le ressentira et vous imitera. Assez de lecture pour maintenant, vite,  tout le monde dehors!

Nathalie Thibault B.Sc. M.Sc.

Consultante en prévention des infections

Propriétaire de Germaction

Source « http://www.educatout.com/ »

Débutons l’Année avec les chroniques de notre Mary Poppins

téléchargement-7

Notre Mary Poppins, est allée à la rencontre de Céline….

5

Céline alias nounouchoux  40 ans Troyes

1/ Comment et pourquoi être devenue assistant maternelle ?

J’ai réfléchi pendant que je m’occupais de mes enfants (congés parental) soit pendant 10 ans de ma vie et quand ma dernière a été en Age d’aller à l’école j’ai demandé mon agrément. J’ai commencé par un puis les agréments se sont vite enchaînés.

4

2/ Est-il difficile de concilier sa vie privée et sa vie professionnelle ?

Pour ma part non car je pose bien les limites au départ. Je suis toujours dans l’expression et l’honnêteté, donc si quelque chose ne va pas, je le dis. Et puis ma famille et mes enfants sont partie prenante de mon métier donc pas de soucis

3/ Comment est organisation ta journée type ? (Ram, associa ? sorties)

Je fais un planning mensuel fourni au parent en début de mois avec des activités tous les matins, tout le jeudi RAM, un lundi sur 2 maison des petits pas, un lieu d’échange avec les parents les nounous et les enfants.  Il y a aussi la médiathèque, quand il y a des séances contes et des animations comme les expositions ou spectacle pour le mois du tout petits. En l’occurrence,  cette année nous sommes mis à l’honneur car la médiathèque expose toute nos créations depuis l’année 2009 : tapis à histoires, marionnettes, kamishibai, jouets en tissus etc…. J’ai vraiment hâte de voir ce que cela va donner.6

4/ Penses-tu que ce métier a de l’avenir, et pourquoi ?

Pour moi il a de l’avenir on aura tjrs besoin de nounou et d’un accueil plus personnalisé qu’en crèche. Les mœurs changent et l’assistante maternelle est de plus en plus professionnelle et elle peut se former par elle-même (comme moi qui suis toujours l’affût).

5/ Penses-tu qu’il faille revoir la formation des assmat ? Si oui, comment ?

Pour moi elle est trop succincte, par exemple, pour le secourisme, cela ne devrait pas être qu’une initiation, on devrait nous proposer plus de formation obligatoire aussi.

Dommage car maintenant on ne plus pu accéder à des formations avec le CPF comme on pouvait le faire avec le DIF.

Je vous donne un exemple? je souhaite faire la formation Maria Montessori et j’attendais d’avoir le nombre d’heure requis mais manque de chance avec le CPF plus de partenariat avec l’organisme que je voulais solliciter donc obliger de faire d’autre démarche j’attends une réponse.

Aujourd’hui,  après de multiples recherches, j’ai réussie à faire ma formation Maria Montessori avec mon plan de formation de 48 h j’ai donc eu 12 heures à ma charge. mais je suis contente car je suis maintenant certifiée Maria Montessori

1

 

6/ Quelles difficultés rencontres tu ? (Pmi, relations parents, relations collègues…)

Je n’ai pas de difficultés particulières car je m’adapte. J’ai une puéricultrice au top, à l’écoute, disponible. Une animatrice de RAM géniale qui nous prépare toujours de belle animation, des soirées à thème (psy etc.) et des ateliers créatifs, ainsi que la journée nationale et le repas de fin d’années entre collègues.

Des collègues avec qui je m’entends bien pour la plupart (pour celle qui serais pas intéresser par notre partenariat je les laisse de côté et je ne prends pas la tête), j’ai même un binôme , nous sommes complémentaire.

On s’organise des animations chacune notre tour à notre domicile et l’on se voie en dehors au RAM et maison des petits pas.

Avec les parents j’ai un méga feeling, bon contact et une belle reconnaissance sur 29 enfants accueillie seulement 2/3 zone d’ombre mais bon je ne me formalise pas car tout dépend de la nature des gens. De plus je suis toujours dans la communication donc sa passe plutôt bien.7

7/ Qu’est ce qui fait que ta façon d’accueillir te démarque des autres ?

J’accueille les parents et enfants avec mon cœur donc avec le feeling et l’amour de mon prochain et surtout des bébés et enfants !!!!

Je propose, beaucoup d’activités manuelles et sorties ainsi qu’un cahier de vie agrémenter d’un cd avec les photos et un montage vidéo avec celle-ci.2

 

 

 

8/ Nous pensons que les assmats sont FORMIDABLES, en quoi l’es tu ?

 

Je ne me cataloguerais pas de formidable car j’aime rester modeste !!!!! Même si je fais beaucoup de choses (couture tricot, activités manuelle) s’est parce que j’ai su garder mon âme et mon cœur d’enfant.

9

Alors je rajouterais que j’ai le meilleur métier au monde et que je n’en changerais pour rien au monde.

Mon plus grand bonheur, sont  les moments passés avec les enfants mais aussi les rappels au souvenir quand les enfants accueillies reviennent après des années.

J’ai une petite puce qui a presque 9 ans et qui m’appelle toujours « MA NOUNOU » j’adore.

Mais aussi des parents, qui attendent pour mettre le deuxième bébé en route, afin qu’il y ait de la place pour que je puisse l’accueillir.8

La seule chose que je regrette c’est que « certaines personnes » s’imagine que le métier d’assistante maternelle est facile et qu’on le fait pour être à la maison et ne rien faire.

Alors là je bondis, car pour moi c’est un vrai métier et l’on ne devient pas assistante maternelle comme ça.

Il faut penser à un projet pédagogique, préparer l’accueil des familles et leurs enfants.

Proposer pleins de choses aux enfants. C’est une organisation et une responsabilité d’accueillir des enfants qui ne sont pas les siens.

DONC NON être assistante maternelle ce n’est pas rester chez soi à rien faire et s’est un MÉTIER FORMIDABLE. Et je rajouterai, que nous sommes des professionnelles de la petite enfance !!!!!!!3

Nous remercions Céline de nous avoir fait partager sa vue sur son métier, son témoignage.

-le CAMAM ne censure pas ,  transmet la parole, informe sans jugement!-

-non libre de droit- 

 

2017….

CETTE BELLE ANNÉE 2017,

Doit être celle, de la motivation, de la remise en question, de la cordialité, de l’archétype, de la prise en compte de nos valeurs et de la réussite.

Si, vous vous sentez motivé, si vous avez envie de faire avancer les choses pour la reconnaissance de notre profession,
N’hésitez plus, rejoignez-nous ou soutenez-nous en remplissant le bulletin de soutien, sur le lien suivant.

http://www.camam.fr/?page_id=263

« Parce que notre métier doit être mis entre des mains formées et des connaissances validées.»
Le CAMAM
Ce sont aux professionnels d’agir, pour les professionnels !

quand-on-veux-on-puet

Nos meilleurs vœux ….

A deux pas de 2017,…

« Toute l’équipe du CAMAM vous souhaite 365 nouveaux jours de joie, de bonheur, de santé, mais aussi de réussite professionnelle. Que tous vos projets se réalisent et que cette année soit couronnée de succès individuels et collectifs.
Bonne et heureuse nouvelle année. »

ba-2017