Archives par étiquette : démarche

Présentation du CAMAM au RIPAM du St Nicolas de Redon 44

 

stniNotre porte parole Florence GOUSSEAU du 44 a rencontré Mm V.TREGRET Animatrice RIPAME- St Nicolas de Redon

 

Compte rendu de rencontre avec V. TREGRET animatrice RIPAME.

Date et lieu : Mardi 8 mars 2016 _ Mairie de Plessé_44630 (bureau permanence).

Durée : 1h15

Porte-parole : GOUSSEAU Florence

Objet de la rencontre : Présentation du CAMAM

Déroulement :

Je suis arrivée avec 3 mn d’avance _ pas de temps d’attente, Véronique étant disponible ; nous nous sommes installées dans le bureau de permanence et fermé la porte pour signifier aux visiteurs que l’animatrice RIPAM était en entretien.

J’ai sorti mon fichier dans lequel, j’avais imprimé plusieurs fiches :

* Présentation du CAMAM (nombre de membres, de départements représentés et de portes paroles avec la carte).

* Fonctionnement / organigramme

J’ai précisé le fonctionnement d’un collectif et la différence avec une association (loi 1901). Pas de demande d’adhésion, ni de collecte d’argent. Nous montons nos actions en partenariat avec des interlocuteurs locaux (ex de la journée professionnelle) et nous allons à la rencontre de ceux-ci pour obtenir leur soutien moral et/ou matériel et humains.

* Historique et action menée : j’ai évoqué les rencontres des ministères des Affaires Sociales de la Santé et des Droits des Femmes ; Education Nationale.

* L’ambition du CAMAM ; pourquoi ? et les règles de déontologie que je lui ai laissé lire. Lorsque j’ai évoqué en introduction notre but de création d’un Diplôme Spécifique Ass.mat. elle a répondu en avoir « entendu parler ».

J’ai illustré ces fiches par mon parcours et la réflexion menée avant de m’engager avec le CAMAM et j’ai présenté mes ambitions personnelles :

*   Mener une enquête de terrain de proximité (téléphone et rencontre) en plus d’échange par mail, pour identifier les difficultés des ass.mat. de ma commune, CCPR, département,…(voire région, mais pas toute seule !) _ en utilisant le questionnaire du CAMAM.

*   Organiser des rencontres pour fédérer les ass.mat.

—*   Diffuser « la parole » du CAMAM et obtenir des adhésions morales avec des bulletins de soutien.

Véronique a conclu notre entretien, en disant qu’elle devait en référer à sa responsable, pour savoir si elle pouvait me transmettre la liste des ass.mat de la commune, voire plus largement ; s’ils pouvaient avoir un intérêt à me soutenir dans mon enquête de terrain et valider le questionnaire ; voire s’ils pourraient me soutenir dans l’organisation d’actions, notamment par le prêt de salle.

Elle doit me rendre réponse par mail lorsqu’elle aura évoqué le CAMAM à la responsable.

Je l’ai invité à consulter le site du CAMAM et remercié de me recevoir, au nom du CAMAM.ETAN

 

Le CAMAM tient à remercier, Mm V.TREGRET du temps qu’elle a consacré à recevoir notre porte parole, et Florence pour son implication et démarche.

-Non libre de droit-

Le CAMAM serait-il un colibri?

COLIBRIUne légende amérindienne…

« Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt en

Amazonie. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient,

impuissants, le désastre.

Seul le petit colibri s’active, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les jeter sur le feu.

Au bout d’un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit :

« Colibri ! Tu n’es pas fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? » VOLONTE

« Je le sais, répond le colibri, mais je fais ma part » .

 

 

DERRIÈRE TOUTE RÉUSSITE IL Y A UNE VOLONTÉ

Rejoignez-nous!

ENSEMBLEMerci à Ronan de nous avoir rappelé cette légende !