Archives par étiquette : repas

Hugues, notre Chef a pensé à nos petites têtes blondes , pour cette fin d’année…

 noelA vos fourneaux …. pour

 

« Tournedos Rossini et pommes duchesses maison »

plat noel 2015

 Noël approche à grand pas…

Les lettres au père Noël ont été envoyées depuis longtemps, les cadeaux sont achetés, emballés avec soin et cachés dans l’armoire, tout est prêt pour le Noël de vos bambins…
Tout?
Non sauf l’irréductible épineuse question du repas de Noël !
Déjà que l’élaboration du repas demande de la réflexion entre la cousine Berthe qui ne mange pas de viande et la tante Odile qui ne mange aucun légume vert, alors pensez en plus aux repas des enfants rajoutent à la difficulté ! Ou pas !
Je ne suis pas du genre à exiler les enfants pendant les repas, même plutôt du genre à leur préparer la même chose que nous, avec des assaisonnements adéquats cela dit.
Mais pendant les fêtes, les mets trop élaborés et délicieux à nos yeux risquent de ne pas rencontrer le même succès chez nos chères têtes blondes…
Un magret de canard serait difficile à manger, de même qu’une langouste.

Voici un plat déclinable en version adulte et enfant, un plat 2 en 1 comme j’aime les appeler.
Les accompagnements et la sauce sont communes aux deux assiettes, ne change que la viande.
Un tournedos Rossini spécial bambin qui pourrait même faire de l’ombre au votre !

En tout cas, ma fille de bientôt 3 ans s’en est régalé et a ponctué chaque coup de fourchette d’un « hmmm » tonitruant !noel2

Les ingrédients (Pour 2 enfants):

-2 steaks hachés de chez le boucher (beaucoup plus goûtu qu’un steak de supermarché)
-1 petit morceau de barde
-400gr de pomme de terre (Pompadour)
-2 jaunes d’œuf
-10gr de beurre
-50gr de foie gras
-10cl de crème liquide
-1 CS de fond de veau en poudre
-1 cc de miel
-2 tranches de brioche ou de pain
-Muscade
-Brisure de truffe ou de truffes en chocolat (facultatif)
-Sel et poivre
Commençons par placer vos steaks au congélateur pour les durcir un peu pendant 20 minutes.
2Pendant ce temps, cuisez vos pommes de terre 10 minutes à la vapeur ou 30 minutes à l’eau. 3Épluchez-les et écrasez-les avec le beurre (à la fourchette ou à la feuille d’un robot pâtissier).4

ATTENTION: Ne les mixez pas au robot, la purée deviendrait élastique et peu agréable à manger.

Laissez refroidir la purée puis ajoutez les jaunes d’œuf et assaisonnez selon vos gouts (ou du moins les gouts de vos enfants 🙂 )5

Transvasez cette préparation dans une poche à douille avec une douille cannelée,6 raclez bien la

 

 

 

préparation vers le bas de la poche pour éviter les trous d’air1

et formez des petites pommes duchesses sur une plaque de four recouverte de papier sulfurisé.7

 

 

 

11

 

 

 

 

Enfournez 15 minutes à 180°C. (faites-le juste avant de passer à table)
Pendant ce temps, découpez la barde en 2 dans le sens de la longueur et ficelez-la autour de vos steaks durcis.8

 

Dans une petite casserole, faites fondre le foie gras dans la crème liquide puis ajoutez le miel et le fond de veau. Assaisonnez et fouettez jusqu’à épaississement.10

 

 

 

 

Toastez les tranches de brioches ou de pain et placez-les dans l’assiette.9 Poêlez les steaks environ 2-3 minutes de chaque coté, retirez la barde et placez-les sur les tranches de brioche (ou pain).12

 

 

 

 

Versez la sauce de foie gras sur les steaks et disposez les pommes duchesses dans l’assiette.plat noel 2015

Vous pouvez finir le dressage en râpant un peu de truffe (ou même de truffe en chocolat: le chocolat et foie gras se marie à merveille); et servez-leur aussitôt.

Je vous souhaite de passer de très bonnes fêtes à vous et vos bambins!

Hugues

light to me

 

J’aime pas ci, j’aime pas ça ……

nutrition Le goût n’est pas un plaisir simple, il faut stimuler tous les sens, la vue par des petits plats colorés, l’odorat par les bonnes odeurs de la soupe aux 8 légumes, le toucher par les différentes textures des aliments, l’ouïe par le craquement des biscottes dans la bouche et enfin le goût de l’aliment proprement dit.
Avec de bonnes bases alimentaires, les bébés d’aujourd’hui devraient être à l’abri de l’obésité et de ses complications quand ils auront atteint l’âge adulte, du moins on peut l’espérer !
Le temps des repas est un moment favorable à la socialisation (notion de partage) et au respect des pratiques culturelles et alimentaires de chacun.

L’essentiel est de ne pas entrer dans le conflit, de rester calme, de ne pas céder et d’adoptenutrition4r une « neutralité bienveillante »
« Aucun adulte référent n’est épargné par un refus de manger de la part d’un bébé. Qu’on lui propose un repas pour bébé concocté avec amour ou un plat industriel adapté à ses besoins alimentaires, chaque enfant traverse une période durant laquelle il chipote pour manger. Inutile de culpabiliser, les tout-petits passent tous par là. A retenir : un enfant en bonne santé ne se laisse jamais mourir de faim. »

Petites astuces pour allier plaisir de la bouche et des yeux :

.Nommer les plats proposés.

.Prêter attention à la présentation des plats servis.jaime pas ci 2

.Présenter les plats dans une atmosphère agréable, calme et chaleureuse.

.Utiliser des pratiques ludiques pour l’inciter à goûter, à manger et éventuellement faire référence à des contes, des personnages(ex : Les brocolis sont des petits arbres, les carottes ont été cueillie par Aubépin le Lapin, il mange sa soupe dans le bol de petit ours (boucle d’or)…).

jaime pas ci3.Ne pas forcer l’enfant mais demander à l’enfant de goûter l’équivalent d’une cuillère à café pour dire s’il aime ou s’il n’aime pas, puis passer au plat suivant. Mais le jour du repas, ne remplacez pas l’aliment refusé par un autre. Ce rituel est important pour permettre au cerveau de stocker les informations gustatives.

.les amuser et leur donner envie. Faire cuisiner les enfants, les emmener faire les courses, mettre de la couleur dans les assiettes, inventer des jeux, autant d’astuces qui pourraient changer la donne.

. Les féliciter.

. Leur donner l’exemple.

. Gentiment les duper. jaime pa

Ajoutez discrètement des légumes dans les plats. Des haricots verts avec les frites, des carottes dans la purée, des champignons coupés au millimètre près dans les pâtes, etc. Pour la viande et le poisson, les nuggets sont bien sûr vos meilleurs amis.

Autre tactique: ajouter des aliments qu’ils aiment sur ce qu’ils détestent. Par exemple, du fromage sur un gratin de courgettes, du ketchup à côté du steak. Ou encore, faire de leurs assiettes des œuvres d’art.

Apprenez l’art du camouflage Ajoutez des saveurs « amies »Favorisez les purées et les textures douces Apportez de la douceur Mettez de la couleur Rusez sur la présentation Emmenez-le faire le marché Proposez-lui de cuisiner

Quelques conseils pour gérer les refus de manger de bébé

nutrition1Bébé refuse de manger, la bouche fermée à triple tours, impassible à toutes les ruses. Malgré tout, il ne faut pas céder au chantage ni à l’intimidation, et encore moins au marchandage. Les adultes référents doivent être fermes et cohérents en ne donnant rien d’autre à manger entre les repas. La première fois, il est difficile de tenir bon, mais la méthode portera vite ses fruits.
« Les enjeux affectifs entre l’alimentation et l’enfant sont à proscrire. Bébé ne mange pas «pour faire plaisir» mais parce que c’est une nécessité vitale qui, en plus, provoque un plaisir gustatif ! »
Lorsqu’une personne, autre que l’adulte référent habituel prend le relais, il se peut que le repas de bébé se déroule mieux.
Pour éviter que bébé ne soit distrait pendant son repas ou refuse de manger, il vaut mieux :
• éteindre la télé
• retirer les jouets à portée de main
• lui apprendre à se concentrer sur les couleurs, les textures et les saveurs de son menu
• ne pas trop remplir l’assiette
• préparer une assiette rigolote pour rendre le repas de bébé joyeux.

Quelques exemples de phrases à éviter, face à une situation de refus :

En tant qu’adulte référent, on dit tous des choses pour encourager nos enfants à manger plus équilibré. Et pourtant, dans notre environnement moderne, obsédé par l’alimentation, même des propos bien intentionnés peuvent être traduit de façon négative, et influencer ainsi la façon de manger. nutrition2
Voici donc 10 phrases sur l’alimentation fréquemment dites par les parents aux enfants, la façon dont les enfants vont les comprendre et ce qu’il vaut mieux dire ou faire.
1. « Ah, tu vois, ta sœur/ton frère/cousin/ami / copain en mange, pourquoi pas toi? »
Traduction: « Il/elle mange mieux que moi. »
Ce qu’il vaut mieux dire: « Je sais que tu y arriveras ma/mon chéri. Cela prend du temps et il faut beaucoup goûter pour apprendre à aimer un nouvel aliment. »
Explication: au lieu de provoquer un sentiment d’infériorité, vous voulez donner confiance à l’enfant sur le fait qu’il pourra aimer et qu’il aimera l’aliment le moment venu.
2. « Avant, tu aimais les myrtilles, tu es si difficile! »
Traduction: « Peut-être que je ne sortirai jamais de cette phase alimentaire difficile? »
Ce qu’il vaut mieux faire : n’attirez pas l’attention sur cette difficulté. A la place, faites du repas une expérience agréable.
Explication: mieux vaut éviter d’étiqueter un enfant comme « difficile » puisque c’est un stade de développement normal, et que l’étiquette risque sinon de durer.

3. « Pour la dernière fois, non, tu ne peux pas avoir de glace! »
Traduction: « Je n’aurai plus jamais de glace! »
Ce qu’il vaut mieux dire: « On ne prend pas de glace maintenant car on déjeune dans une demi-heure. On en prendra pour dessert un jour cette semaine. »
Explication: les enfants acceptent le « non » bien mieux quand ils savent pourquoi ils ne peuvent pas avoir quelque chose, et quand ils pourront l’avoir.
4. « Tu n’as pas mangé assez. Prends encore quelques bouchées et ensuite, tu peux sortir de table. »
Traduction: « Maman/papa/nounou/ mamie / tatie mon assiette vide (des signes extérieurs) savent mieux juger du moment où j’ai assez mangé que mon propre ressenti. »
Ce qu’il vaut mieux dire: « Sois certain que tu as assez mangé parce que le prochain repas ne sera pas avant le petit-déjeuner /déjeuner/goûter/dîner. »
Explication : quand les enfants sont responsables des quantités de nourriture qu’ils ingèrent, ils apprennent à gérer de façon efficace leur faim (précision : parfois, il faut se tromper pour apprendre).
5. « Si tu manges quelques légumes, tu peux avoir du dessert. « 
Traduction : « Vivement le jour où je ne devrai plus manger des légumes et pourrai sauter directement au dessert! »

Ce qu’il vaut mieux faire: au lieu d’insister et de faire du chantage alimentaire, proposez de bons légumes souvent et donnez l’exemple d’une alimentation équilibrée.
Explication: des recherches ont montré que les enfants ne répondent pas positivement à l’obligation de manger un aliment.
6. « Bravo! » quand l’enfant a mangé plus que d’habitude.
Traduction: « Maman et papa/ nounou/ mami sont fiers de moi quand je mange plus ou que je finis mon assiette. »
Ce qu’il vaut mieux dire: « Tu manges toujours bien quand tu écoutes ton ventre. »
Explication: féliciter des enfants quant ils mangent plus leur apprend que la quantité est préférable à l’appétit de quelqu’un, lequel varie selon les repas.
7. « Mange ça, c’est bon pour toi. »
Traduction: « Ce n’est pas bon. »
Ce qu’il vaut mieux dire: « Ca a l’air rudement bon et c’est comme le/la X que tu aimes ».
Explication: des études ont constaté que le goût détermine les préférences alimentaires des enfants et il est meilleur pour ces derniers d’en savoir plus sur un nouvel aliment.
8. « Si tu te comportes bien dans ce magasin, tu auras un gâteau » ou « Si tu n’arrêtes pas tout de suite de faire ça, tu n’auras pas de glace ce soir. »
Traduction : « Chaque fois que je me comporte bien, j’ai droit à une friandise! »
Ce qu’il vaut mieux faire: informez-les en avance des conséquences de leur éventuel mauvais comportement et laissez la nourriture en dehors de ça.
Explication: pensez aux effets à long terme de les récompenser constamment avec de la nourriture. Ainsi, selon une étude de 2003 publiée dans le magazine Eating Behaviors, les adultes pour qui la nourriture était un moyen de récompense ou de punition pendant l’enfance, sont plus sujets à la boulimie et aux régimes

9. « On ne mange pas souvent des gâteaux parce que c’est mauvais pour toi. »
Traduction: « J’aime tout ce qui est mauvais pour moi (mauvais = plaisir). »
Ce qu’il vaut mieux dire : « Les gâteaux ne sont pas des aliments que nous mangeons tout le temps. Nous en mangerons ce week-end à l’anniversaire de Jake. »
Explication: classer les aliments comme « bon » ou « mauvais » génère un jugement autour du fait de manger. A la place, apprenez à vos enfants comment tous les aliments peuvent faire partie d’un régime équilibré basé sur la fréquence de leur consommation.
10. « Tu n’aimes pas le repas? Tu veux que je te prépare quelque chose d’autre? »
Traduction : « Je ne devrais jamais manger quelque chose que je ne connais pas car ma maman/mon papa me cuisinera toujours ce que je préfère! »
Ce qu’il vaut mieux dire: « Nous mangeons tous le même repas ; parfois, tu as ce que tu préfères, parfois, c’est au tour de quelqu’un d’autre! »
Explication: manger ses repas ensemble apprend aux enfants que manger est une affaire de famille et à mesure du temps, cela les encourage à accepter une plus grande variété d’aliments.

jaime pas ci
ATTENTION :
Quand il s’agit des enfants et d’alimentation, ne sous-estimez jamais le pouvoir de vos propos.

 

Est-ce qu’une de ces phrases vous rappelle quelque chose?

Citation :
De toutes les passions, la seule, vraiment respectable me paraît être la gourmandise.
Guy de Maupassant, Amoureux et primeurs, 1881.

Nos sources : SECALI. INPES. MPEDIA.FR. Dc F.Marcombes, HUFFPOST

couverts

 

CHRONIQUE « Comme des papas »

téléchargement (6)

C’est avec grand plaisir et honneur que le CAMAM accueillera les 3 mousquetaires de « Comme des papas » qui vous proposeront prochainement dans cette rubrique, votre chronique culinaire :
ArthurArthur est petit par la taille mais grand par l’esprit et par le cœur c’est l’Annonciateur de bonnes nouvelles.
EdouardÉdouard est bien dans ses Converses et Traducteur de langage bébé.
ClémentClément est cuisinier en chef, Artiste et mijoteur de bonnes recettes pour les tout-petits de la cuisine des bébés

 

téléchargement (5)